INTERFLEX, ou comment opérer la complémentarité des réseaux

Le 14 décembre 2018, la mairie de Carros dans les Alpes-Maritimes, en partenariat avec GRDF, procédait à l’installation d’un « Rooftop Hybride » sur le toit du gymnase du Planet. Une manœuvre impressionnante qui permet au projet « Nice Smart Valley » d’expérimenter la flexibilité hybride, un des trois cas d’usage développé dans ce projet, la brique française du projet européen INTERFLEX !

Le gymnase carrossois est désormais équipé d’un produit qui fonctionne à la fois sur l’énergie électrique et sur l’énergie gaz et permet d’assurer le chauffage l’hiver et le rafraîchissement l’été.

(Consultez la vidéo)

L’objectif de ce Rooftop pour le projet Nice Smart Valley ?

Soulager le réseau électrique sans aucune contrainte pour les utilisateurs du gymnase. C’est 85 kW de flexibilité sur lesquels le projet Nice Smart Valley peut compter grâce à la complémentarité des réseaux gaz/électricité !

Pour les utilisateurs du gymnase, cette flexibilité est opérée de manière transparente, sans aucune modification du confort puisque le chauffage reste assuré.

Le rôle de GRDF Dans Nice Smart Valley ?

Dans le cadre de Nice Smart Valley, GRDF expérimente les flexibilités gaz/élec. Pour cela, il a d’abord fallu identifier les sites susceptibles d’accueillir ces produits flexibles et convaincre les propriétaires ou gestionnaire de l’intérêt de ce projet.
Plusieurs équipements ont ainsi été déployés de l’ouest de Nice à la plaine du Var pour expérimenter les flexibilités :

  • 10 chaudières hybrides de 1,5 kW électrique chacune en maison individuelle,
  • 1 Rooftop hybride de 88 kW électrique dans un gymnase,
  • 1 mini-cogénération de 70 kW électrique dans un bâtiment tertiaire.

L’expérimentation des chaudières a commencé le 1er juillet 2018 ; celle du Rooftop le 15 Janvier dernier et celle de la cogénération débutera le 1er Février 2019.

En complément de cette première phase de « recrutement » des sites, GRDF a travaillé au développement d’une chaine de communication pour piloter à distance ces équipements. Les systèmes déployés fonctionnent normalement dans une logique d’optimisation énergétique. Nous avons ici mis en place une régulation spécifique capable de basculer de l’électricité au gaz en fonction des contraintes du réseau électrique. A l’avenir, les flexibilités seront valorisées auprès de l’utilisateur final qui pourra être rémunéré pour le service rendu au réseau électrique. Un des objectifs du démonstrateur est d’ailleurs de définir la valeur de ces flexibilités.

Comment ça marche ?

Lorsqu’une contrainte est détectée sur le réseau de distribution d’électricité, Enedis fait une demande de flexibilité aux agrégateurs du projet (ENGIE et EDF). Cette demande comporte un poste source et un besoin exprimé en kW pour un temps donné. Chaque agrégateur dispose d’un portefeuille d’agrégation où figurent différentes flexibilités. La chaîne de communication développée par GRDF permet de faire le lien entre l’agrégateur et ces solutions de flexibilité. A distance, sans intervention de l’utilisateur final, l’agrégateur peut ainsi basculer les systèmes hybrides d’une énergie électrique vers une énergie gaz ou mettre en route la cogénération.

Le Rooftop et trois chaudières hybrides sur les dix installées sont réversibles. En été, l’agrégateur peut aussi décider de suspendre le rafraîchissement. C’est le seul cas où le confort de l’utilisateur final est modifié. L’inconfort est cependant limité à 2°C. Quand la température de consigne est, par exemple, de 28 °C, la chaudière hybride peut être mise à l’arrêt à distance mais elle est réenclenchée dès que la température intérieure atteint 30 °C.